Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Le presbytère virtuel d'un prêtre

Site d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le feu et l’eau : petit traité de théologie…

Publié le 20 Octobre 2021 par Miniritou in péché, feu, eau, grâce, Dieu, baptême, Mal

Comment parler du péché ? Comment expliquer la grâce de Dieu ? Il est des questions théologiques qui méritent d’être vulgarisées, avec le risque de tomber dans des exposés un peu simplistes… Je prends le risque !

Rien de plus fascinant de plus attirant que le péché, tel un feu envoutant qui donne envie de s’approcher pour se réchauffer : il nous hypnotise et nous attire. Le problème avec le feu, c’est qu’on risque de se brûler ! Le péché est comme un feu, souvent captivant, séduisant, très tentant ! Mais quand on plonge dans le péché, on se brûle immanquablement, et notre vie est souvent réduite en cendres…  Le péché détruit dans nos vies la trace de Dieu, il déforme sa présence tel le feu qui fait s’évaporer en un instant une douce rosée de printemps… Le feu du péché laisse une brûlure intime, visible ou invisible, qui n’a rien de contagieux tant qu’on reste loin du feu. Le problème est que ceux qui s’approchent du feu, au départ sans se brûler, donnent envie de les suivre et de les imiter ! Et on finit par tous se brûler à force de jouer avec le feu…

La grâce de Dieu est une fontaine d’eau rafraichissante, une pluie de printemps bienfaisante, une douce cascade qui hydrate et désaltère ! La puissance divine est un moyen d’entrer dans une communion intense avec Lui et avec nos frères et sœurs en humanité : En s’approchant de cette source divine, en laissant l’eau couler sur nos vies, on prend le risque d’être mouillé, d’être aspergé par Dieu qui veut hydrater et rafraîchir notre vie, la purifier et la renouveler ! Et une fois mouillé, il n’est pas rare que les voisins soient, eux-aussi, éclaboussés des gouttes d’eau qui ruissellent tout autour de moi.

Chose miraculeuse, un grand feu peut faire disparaitre quelques gouttes d’eau, mais une pluie généreuse vient facilement à bout d’un incendie ! Oui ! c’est cette eau de grâce divine qui peut éteindre en nous le feu dévorant du péché ! Oui, un puissant jet d’eau vient à bout de ces flammes qui détruisent et dévastent notre âme !

Quand Dieu se donne c’est toujours avec abondance et sans parcimonie ! Quand le péché abonde, la grâce de Dieu surabonde ! Aucun terrible feu de mort et de cendres ne peut avoir raison d’une eau abondante illimitée. Aucune éruption volcanique qui se déverse dans l’océan ne pourra faire évaporer cette eau si abondante !

Voilà donc le défi que nous avons à relever : même au cœur de la fournaise du péché qui nous enserre, croire que l’océan de la bonté et de la Miséricorde de Dieu est capable d’éteindre tous les incendies du monde que nous allumons, quand nous laissons le péché prendre possession de notre âme !

Le feu et l’eau : petit traité de théologie…
Commenter cet article