Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Le presbytère virtuel d'un prêtre

Site d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

A l'heure du dialogue interreligieux, peut-on encore dire : "Hors de l'Eglise, pas de salut." ?

Notons tout d’abord que lorsque Cyprien de Carthage lança la formule, au début du troisième siècle, il ne s’agissait pas d’une condamnation doctrinale prononcée à l’encontre des non-chrétiens, mais d’une exhortation adressée à des groupes chrétiens tentés de se couper de la grande Eglise. Mais il est vrai qu’ensuite on en vint à la conviction que seuls les baptisés pouvaient échapper à l’enfer. C’est même ce qui provoqua l’incroyable générosité missionnaire des siècles passés, lorsque le monde chrétien découvrit avec stupeur que des millions d’hommes n’avaient jamais entendu parler du Christ.

Le Concile Vatican II amena les Catholiques à changer de regard sur les croyants des autres religions et sur les autres religions elles-mêmes. Quant à l’Eglise, le pape Jean-Paul II dit d’elle qu’elle "est la voie ordinaire du salut" et "qu’elle seule possède la plénitude des moyens du salut" (encyclique "La mission du Christ Rédempteur", no. 55)... ce qui laisse entendre que, pour ceux qui n’en font pas partie, il existe des voies extraordinaires de salut et que, à défaut d’en avoir la plénitude, les autres traditions religieuses offrent peut-être quelques moyens de salut !

L’Eglise est porteuse du Christ, du salut en Christ, mais c’est toujours le Christ - et non l’Eglise - qui sauve.

 

 

A l'heure du dialogue interreligieux, peut-on encore dire : "Hors de l'Eglise, pas de salut." ?
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Je me permets de vous citer la fin du dernier article que j'ai écrit ( http://1cathoquisengage.over-blog.com/ )
"Il est important de prendre conscience que dans ce pays nous sommes devenus minoritaires et qu'il n'est pas souhaitable d'inciter son frère au péché ou à considérer, comme c'est trop souvent le cas en ce moment, qu'au final toutes les religions sont bonnes et se valent.

Il y a trop de conversions vers l'islam pour que nous puissions nous permettre de jouer ce jeu dangereux.

J'irai même plus loin en disant que c'est faire insulte à ceux qui encore aujourd'hui souffrent et meurent par fidélité au Christ Notre Seigneur et une insulte faite à ceux qui musulmans hier se sont tournés vers l'Agneau de Dieu et en payent de lourdes conséquences."
Répondre
E
Que nous soyons Catholiques ou Protestants l'essentiel n'est-t-il pas d'être Chrétien(s) et de croire sincèrement...?!
Répondre
P
Bon, j'ai rédigé tout un commentaire pour expliquer la souffrance mais je ne sais pas si il est arrivé à bon port. Pour ce qui est du salut, pour moi, la théologie de la rédemption est un outil construit de toutes pièces à fin de pouvoir. Comment me faire comprendre clairement? Josuha signifie "Dieu sauve". Il est la parole faite chair, l'amour. Nul ne vient au père que par lui. D'accord. Il n'est en aucun cas question d'eglise là-dedans! De plus, il n'est pas une goutte d'eau qui ne retourne à l'océan, pas un photon qui ne retourne à la lumière. L'amour est de même nature, qui retourne à l'amour. Chaque chemin est différent, mais le but est le même Quels que soient les détours!
 
Pierre
Répondre
P
Qui est le Christ et qui sauve-t-il?
Répondre