Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Le presbytère virtuel d'un prêtre

Site d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Génération préservatif

Publié le 22 Juillet 2010 par Miniritou in LE COIN DES JEUNES

Dans toutes les confidences que je reçois de jeunes qui ont une vie sexuelle active, seuls quelques uns avouent ne pas utiliser le préservatif comme moyen de « contraception » ou de protection contre les Infections Sexuellement Transmissibles.

 

On dira encore et encore que l’Eglise est contre le préservatif : c’est une contre-vérité. La vérité appartient d’abord à Dieu et à celui qui agit en conscience selon son cœur en se laissant  éclairer par la parole de Jésus et la Parole de l’Eglise s’il est croyant. Le pape veut éclairer les consciences dans un monde anesthésié par la marchandisation du sexe qui engraisse les multinationales Durex et compagnie …

 

Lorsque le pape dit que « L’utilisation du préservatif aggrave le problème » en évoquant le problème du SIDA en Afrique (lire le texte intégral de sa déclaration!!!), je peux dire que d’une manière moins évidente, moins statistique ( car les statistiques en Afrique sont éloquentes sur l’épidémie du SIDA en forte hausse dans les pays ou le préservatif est le plus distribué) je peux donner le témoignage de ce que j’entends dans la bouche de jeunes français entre 16 et 25 ans.

 

- Les jeunes sont en général largement conscients des problèmes liés au sexe, SIDA et autres maladies, mais semblent toutefois  considérer que le préservatif ou la pilule règlent tous les problèmes. Ils ont eu une éducation basée quasi exclusivement sur l’utilisation du préservatif : comment l’utiliser, etc. Mais l’éducation affective à l’amour fait défaut, sauf pour une minorité qui a une famille qui en parle.
- La génération « préservatif » semble peu consciente, ou du moins peuportée à réfléchir sur les conséquences éventuelles de grossesse possible après une relation sexuelle.  D’ailleurs, beaucoup de jeunes n’évoquent même pas la question à deux, avant d’avoir un rapport sexuel. Comme si la contraception était sûre, comme si une grossesse non désirée n’était qu’un épiphénomène sans importance…
- Les jeunes ont la tentation rapide, vu l’absence supposée de risques, de passer aux relations charnelles  sans prendre le temps d’approfondir une vraie relation amoureuse. Attendre quelques mois, voire quelques semaines avant de coucher ensemble, c’est inimaginable pour beaucoup !
- Perdre sa virginité est presque une obsession pour certains, spécialement pour beaucoup de jeunes filles, comme s’il s’agissait d’une tare.
- Beaucoup de garçons me confient être souvent sollicités par des filles pour « tirer un coup », même par des filles de 15 ou 16 ans .
- Quand s’établit une relation stable et un peu durable, les obstacles sont nombreux et essentiellement fondés sur l’idée, fort répandue, que durer dans l’amour est impossible, que tôt ou tard, ça doit casser.
- Les jeunes qui sont en couple à 16 ou 18 ans, sont persuadés qu’ils sont trop jeunes pour s’engager, pour vivre quelque chose de solide, de sérieux, de durable. Et donc ils partent battus d’avance !
- Psychologiquement parlant, que penser d’un jeune qui offre son corps, mais qui se donne que partiellement, à cause de la peur, peur du SIDA, peur de tomber enceinte ? La peur est-elle le moteur de l’amour ?
- Je parlais aussi de la marchandisation du sexe : Durex fait actuellement une campagne publicitaire  de grande ampleur, pour nous convaincre que l’amour latexifié, c’est le pied !

 

Alors, le préservatif, perçu comme l’outil miracle, idéal, parfait, efficace, utilisé sans réflexion, sans discernement, est de manière évidente ce qui va donner aux générations du XXI° siècle la perception que l’amour humain doit être aseptisé, et marchandisé. On peut acheter du sexe. Jamais, jamais on ne pourra  faire croire à un jeune que ce qu’il a dans le cœur peut être acheté ou vendu !

 

L’Eglise est toujours pour l’amour, pour la responsabilité personnelle, pour le respect de soi et de l’autre. Eclairer son cœur pour agir dans la lumière de la vérité est le défi qui se présente à chacun de nous.

Commenter cet article
I


Bonjour Xavier,


Voilà quelques minutes que je me ballade sur votre site en ce jour de Pâques, en attendant de me rendre à un baptême et je suis émerveillée du temps que vous pouvez consacrer à un tel site :
merveilleux travail de foi, de confiance et d'authenticité. Actrice paroissiale, je sais le travail qu'il faut fournir pour "assurer" en tant que prêtre... 


Ce thème du sexe, de l'amour et des jeunes, je le vis au travers d'une association qui intervient en milieu scolaire (3ème et 1ère) pour justement apporter un autre regard sur ces sujets...je
partage en tout cas totalement votre point de vue : remettre du beau dans la sexualité des jeunes. Leur rappeler qu'il ont le choix et que ce choix est précieux. Que leur corps est également
précieux, qu'il n'est pas une marchandise qui se négocie...


Les questions que nous reçevons des jeunes sont les mêmes que celles que vous entendez...


Nous tentons d'apporter notre pierre à cette génération montante qui ne sait pas toujours vers quoi elle va...L'amour ne va pas toujours de soi, alors qu'ils le cherchent dans une quête
permanente...


Au plan national, le Clerc, association catholique, intervient donc en milieu scolaire entre autres sur ces sujets. Au plan départemental, notre association EVAS ( Education à la Vie Affective et
Sexuelle) fait de même...


Merci et à bientôt


 


 



Répondre
L


Le mystère du mariage




Matthieu 19, 3-12  (C'est l'évangile du jour) je me permets  de mettre ces reflexions dans ce billet)


Des pharisiens s’approchèrent de lui pour le mettre à l’épreuve ; ils lui demandèrent : « Est-il permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? » Il
répondit : « N’avez-vous pas lu l’Écriture ? Au commencement, le Créateur les fit homme et femme, et il leur dit : ’Voilà pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, il
s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.’ A cause de cela, ils ne sont plus deux, mais un seul. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » Les
pharisiens lui répliquent : « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit la remise d’un acte de divorce avant la séparation ? » Jésus leur répond : « C’est en raison de
votre endurcissement que Moïse vous a concédé de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi. Or je vous le dis : si quelqu’un renvoie sa femme - sauf en cas
d’union illégitime - pour en épouser une autre, il est adultère. » Ses disciples lui disent : « Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme, il n’y a pas
intérêt à se marier. » Il leur répondit : « Ce n’est pas tout le monde qui peut comprendre cette parole, mais ceux à qui Dieu l’a révélée. Il y a des gens qui ne se marient pas
car, de naissance, ils en sont incapables ; il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils ont été mutilés par les hommes ; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du
Royaume des cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ! »




  Seigneur, donne-moi d’accepter ton enseignement sur le mariage avec foi, bien que ce soit si contraire aux vues du monde


 Jésus enseigne aux Pharisiens le plan de Dieu sur le mariage. D’abord, Dieu « les fit mâle et femelle… C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et
s’attachera à sa femme et ils ne feront plus qu’un. » Cela signifie que le mariage, dans l’esprit de Dieu, ne peut exister qu’entre un homme et une femme. Puis le Christ
déclare :: « que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni. » Cela met l’emphase sur l’indissolubilité du mariage. Le Catéchisme de l’Eglise Catholique est explicite :
« [le mariage] qui résulte d’un acte libre des époux et de la consommation du mariage, est une réalité, par conséquent irrévocable, qui donne lieu à une alliance
garantie par la fidélité de Dieu. L’Eglise n’a pas le pouvoir de transgresser cette disposition de sagesse divine. » (CEC 1640) Le Christ a élevé la dignité du mariage à un niveau
entièrement nouveau.


 Le Christ se réfère dans l’évangile d’aujourd’hui à ceux qui ont renoncé au grand bien du mariage pour se consacrer corps et âme au Seigneur « pour le Royaume de Dieu ». Un
nombre de maîtres de vie spirituelle se réfère à ce type de consécration en le qualifiant de mariage mystique. Le Christ est le modèle de la vie de célibat. Il s’est entièrement consacré à la
volonté du Père et il a tout abandonné pour suivre le plan du Père pour le salut de tous. Le Catéchisme reconnaît et estime le choix du célibat : « Dès les
débuts de l’Eglise il y a eu des hommes et des femmes qui ont renoncé au grand bien du mariage pour suivre l’Agneau où qu’il aille, pour s’occuper des choses du Seigneur, pour chercher à lui
plaire et pour aller à la rencontre de l’Epoux qui vient. Le Christ lui-même invite certaines personnes à le suivre dans cette sorte de vie, dont il est le modèle ». (CEC 1618).


 Seigneur Jésus, merci de nous avoir enseigné la vérité sur la beauté et la sainteté du mariage. Bénis tous les mariages et aide les époux à reproduire ton union d’Epoux de l’Eglise.


 Si vous êtes marié confiez votre union aux saints époux Marie et Joseph. Si vous n’êtes pas marié, demandez la grâce de rester chaste et si vous êtes des jeunes filles, demandez la
force et le courage de savoir dire "non" aux avances des garçons


 


Mais de nos jours cela ne se passe pas comme ça, malheureusement. Les jeunes veulent tout , tout de suite. Autrefois, "on sortait ensemble" maintenant on "couche ensemble" .C'est dommage, à
14, 15 ans c'est bien dommage mais comment leur expliquer ? Déjà qu'il y a des blessures pour certaines filles, des blessures qui restent gravées à vie et qui empêchent de vivre normalement,
alors je pense qu'il faut comprendre ce que cela veut dire se donner l'un à l'autre, quelle est l'importance de se dire "oui" devant Dieu et de ne faire plus qu'un. Un "je t'aime" pendant les
vacances, ça peut détruire une vie même avec un "Durex". Se protéger, c'est bien, je ne suis pas contre ( maladie, peur d'avoir un enfant, le sida etc...) mais  c'est la solution facile
et attendre c'est mieux . Puis se mettre en couple à 16, 18 ans personnellement je trouve que c'est trop jeune, je suis de leur avis parcequ'il y a dans la vie plusieurs étapes, et là aussi
je pense qu'il faut les respecter. Les jeunes font des études et n'ont , pour certains , pas le temps de sortir, de profiter de la vie. S'engager cela demande une obligation, un effort parce
que les décisions se prennent à deux, puis s'il y a un enfant, je l'ai toujours dit, un enfant ne demande pas  à venir, c'est une décision à deux aussi et quand il est là, ce n'est pas
un jouet que l'on peut mettre de côté parce qu'il y en a assez, ça prend trop de notre temps! Oui, faut penser à tout cela, c'est simple ce que je dis c'est peut être ridicule ou ringard ,
vieux jeu, mais c'est tellement important  de prendre conscience que  vivre à deux c'est un choix pour la vie. Puis le mariage, passer devant Dieu, c'est un engagement que l'on
respecte car dans le couple il y a des hauts et des bas, normal, c'est pas facile tous les jours, mais le plus facile il me semble ce sont ces couples qui se forment sans obligation, alors là
le moindre problème, le moindre souci et hop, on se sépare sans penser aux conséquences et combien sont-ils ces couples qui se séparent très facilement parcequ'ils n'ont pas cet engagement.
Mais comment expliquer tout cela aux jeunes ?


 





Répondre